Comment s'assurer du bon déroulement des travaux des parties communes ?

Comment s'assurer du bon déroulement des travaux des parties communes ?

En copropriété, les travaux privatifs ne nécessitent pas l’accord général. En revanche, effectuer des travaux qui touchent aux parties communes, à la modification visible de façade ou encore ceux pouvant porter atteinte à la solidarité d’un immeuble en copropriété nécessitent une autorisation de l’ensemble des copropriétaires suivie d’un vote de l’assemblée générale.

Le vote des travaux dans les parties communes

Les parties communes représentent les cours, les jardins, les ascenseurs, le chauffage collectif ou encore les couloirs. Autrement dit, c’est un bien commun qui appartient à l’ensemble des copropriétaires de l’immeuble.

Le bon déroulement des travaux des parties communes est indispensable et dépend notamment de la qualité de son suivi. Afin de s’en assurer tout en respectant les délais et le budget, le syndic de copropriété peut garantir le suivi du chantier selon le type de travaux. Il va se charger des petites interventions fréquentes destinées à l’entretien de l’immeuble et des travaux de plus grande ampleur avec cette fois ci, la consultation des copropriétaires.

Comme dit précédemment, les travaux qui touchent les parties communes peuvent être de types différents, tels que les travaux d'entretien courant, d'amélioration, de rénovation mais aussi des travaux urgents.

L’assemblée générale passe en examen votre projet de travaux et le validera sous trois conditions. La réalisation des travaux ne doit compromettre ni la stabilité de l’immeuble, ni la sécurité des occupants. Enfin, celle-ci se doit d’être conforme à la destination de l’immeuble et ne porter aucunement atteinte aux droits des copropriétaires sur leurs lots.

Une fois les travaux autorisés, un contrat doit être établi avec l’entreprise choisie suite à la mise en concurrence.

Ce contrat doit être signé par le syndic ou bien par le conseil syndical (notamment si vous êtes en syndic coopératif ou bénévole).

L’assemblée générale en profitera également pour définir un financement commun et plus globalement, fixer les modalités de règlements des travaux.

Cependant, si un devis présenté est caractérisé d’un montant excessif ou de travaux jugés non nécessaires, l’assemblée générale pourra refuser les travaux. Dans ce dernier cas, il est possible de saisir le juge du tribunal de grande instance.

Les différentes étapes de suivi du chantier

Une fois le chantier lancé, il est essentiel d’en suivre chaque étape pour en garantir sa juste réalisation. Le choix de l’entreprise que vous aurez choisi est capital car, même si la grande majorité des artisans du BTP rendent un travail de qualité, ce secteur est terni par de nombreuses arnaques, des malfaçons ou encore des travaux non finis. Dans ce cas, il est parfois préférable de jouer la prudence et de s’adresser à des artisans certifiés et reconnus comme ceux de askAndy ou travauxexpress qui ont pour but de valoriser les bons artisans sans surcoût. Le processus est bien rodé : les tarifs sont fixés à l’avance et la sélection rigoureuse. Chacun des artisans est noté en fin de chantier ce qui permet de d’assurer de la qualité en continu, vous assurant d’éviter les entreprises peu scrupuleuses. Ainsi, cela vous permet de commencer la première étape :

Élaboration du chantier

Avec askAndy ou d’autres, vous avez la possibilité de comparer plusieurs devis gratuitement. Ne vous en privez pas. Ceci vous permettra de maximiser le respect des budgets et la qualité. Le professionnel vous contacte immédiatement rendant possible la rapide mise en place d’un planning de suivi de chantier (calcul de la durée, dates de début et de fin, estimation des ressources nécessaires, les différents corps d’état, la localisation du matériel et équipement durant le chantier…). Le mot d’ordre est « ORGANISATION », favorisant la précision et prévenant des mauvaises surprises.

Si vous souhaitez suivre minutieusement la préparation, n’hésitez pas à demander une copie des plans d’exécution du chantier. Pour sa gestion efficace, il est capital d’étudier les différentes possibilités de systèmes constructifs, de techniques, de moyens et de matériaux.

Enfin, vous pouvez prévenir les résidents de l’immeuble concernant les risques de bruits et autres gênes occasionnées.

Le chantier

La communication est essentielle, il est donc primordial de planifier des réunions avec les différents corps de métier pour un bref compte rendu. Veillez notamment à demander les points importants qui ont été discutés ou les modifications par rapport au projet initial.

Il s’avère être judicieux à la suite de chaque réunion, de procéder à la rédaction d’un rapport ou d’un courrier. Si cette tâche peut paraître lourde et fastidieuse, elle est nécessaire car ce document constitue un élément important en cas de désaccord ou de litige.

Le post chantier

La fin d’un chantier est souvent concrétisée par la réception des travaux (provisoire et/ou définitive suivant les cas). Après la vérification de la qualité des travaux effectués, le prestataire (tournez-vous vers le maître d'ouvrage si possible) vous remettra un procès-verbal de parfait achèvement attestant la fin des travaux.

Bon à savoir : il est conseillé de prendre des photos durant toutes les étapes du chantier afin d’assurer ses arrières en cas de litiges avec le prestataire.

À titre d’exemple, les artisans askAndy le font systématiquement. Un compte rendu détaillé avec photos est envoyé, ce qui simplifie grandement la communication vers les parties prenantes et les membres de la copropriété. En effet, cela les rassure et leur garantit la réalisation effective des travaux et les maintenances ultérieures. Un système qui reste également très utile pour les travaux privatifs.



Raphaël de Matera