L'AVIS DE CHARLOTTE

115 copropriétaires
Saint Herblain
Comment se déroulaient les choses avant avec votre syndic professionnel ?
C’est une copropriété neuve qui a vu le jour en 2017. On était avec un syndic professionnel avant. Il y avait un sérieux problème de communication, et des choses qui n'étaient pas faites, des fuites d'eau qui ont laissé moisir des parties communes. On a demandé le PV de livraison de la résidence, avec la levée des réserves parce qu’il y avait beaucoup de choses qui n'allaient pas et qui n'était pas finies. On a été obligé de faire un constat d'huissier en novembre 2017 parce que la garantie de parfait achèvement arrivait à son terme. Le constat d’huissier n’a jamais été utilisé par le syndic professionnel. On payait un certain prix. Payer un service s’il est délivré, il n’y a pas de souci ; s’il n’est pas fait, je ne suis pas d’accord.
Comment s’est passée la transition ?
On a transmis tous les documents à la société Matera qui s'est occupée de faire toute la reprise comptable. Sur la plateforme ils nous ont indiqués la marche à suivre, notamment faire le suivi avec tous les fournisseurs. On a fait un point avec tous les fournisseurs et on s'est aperçu qu’il avait 15000 € de facture à payer et certaines factures n’étaient pas du tout enregistrées.
Comment ça se passe maintenant avec Matera ?
Dès qu'on a une question, on envoie un mail. Il y a un numéro de téléphone bien évidemment pour ceux qui préfèrent téléphoner. Il n’y a pas besoin de relancer, on a une réponse dans la journée. Il y a toujours une personne dédiée par sujet : si c'est la comptabilité, ça va être Dolorès, si c'est des questions sur le quotidien ça va être Octavie ou Bastien. Si on n’arrive pas à le faire nous-même via la plateforme, les personnes le font pour nous. Depuis qu'on est passé chez Matera, il y a beaucoup de locataires que je rencontre. Ils sont contents aussi parce qu'on est réactif. Après, ça fait énormément de bien entre résidents, on voit ce qui se passe dans la copropriété. C'est transparent alors qu'avant c'était très opaque : ça n'a rien à voir avec avant.